Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/10/2016

ASM contre CSKA : l’absence remarquée de Rybolovlev à Moscou

Fait absolument inhabituel, le Président de l’AS Monaco ne s’est pas rendu à Moscou pour assister au match de son club contre le CSKA. Le landerneau s’interroge : l’oligarque aurait-il peur de retourner sur sa terre natale ? Pourquoi : son passé chargé risquerait-il de le rattraper ?

 

Pour Rybolovlev, ça sent le roussi en Russie…

Pourquoi l’oligarque n’a-t-il pas fait de déplacement à Moscou pour assister, comme il le fait toujours, aux matches importants de l’AS Monaco contre le CSKA ? Cette absence questionne à juste titre. Les relations de Dmitri Rybolovlev avec le Kremlin depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir n’ont jamais été bonnes. Le Président russe n’affiche aucun respect pour ces oligarques qui ont ruiné son pays pendant la période Eltsine, néanmoins le Président de l’AS Monaco retournait régulièrement sur la terre-mère sans jamais être inquiété. Mais la situation paraît s’être beaucoup dégradée. Le 5 octobre dernier, Vladimir Poutine a ordonné de vérifier la conformité d’Uralkali avec la législation. En clair, le Président russe veut rouvrir le dossier de l’accident survenu dans la ville de Berezniki, en 2006, époque où le Président du groupe de potasse Uralkali s’appelait Dmitri Rybolovlev ! Les habitants de la région de Perm continuent à subir les conséquences de la catastrophe écologique qui s’est produite dans la mine numéro 1 d’Uralkali. Si pendant les dix années écoulées les autorités russes avaient, plus ou moins, fermé les yeux sur la responsabilité personnelle de l’oligarque cette époque est révolue. En effet, des documents prouvant son implication directe dans ce qui est appelé « le deuxième Tchernobyl » ont opportunément fuité dans la presse moscovite.

Mais ce n’est pas la seule affaire qui sonne le glas de l’oligarque en Russie. Un autre dossier, vieux de 20 ans, refait surface : celui de l’assassinat d’Evgueni Panteleymonov. Un meurtre qui avait envoyé Dmitri Rybolovlev derrière les barreaux dans la prison de Perm pendant 11 mois avant de ressortir miraculeusement blanchi par son principal accusateur et la veuve de la victime. Mais une fois encore, des éléments du dossier pénal ont fuité dans la presse russe et ils sont terribles pour le patron de l’AS Monaco : « Au mois d'août 1995, Rybolovlev D.E., sans posséder de licence correspondante, s'est procuré, auprès d'une personne inconnue et dans un endroit inconnu, 2 pistolets de système TT dont un pistolet étant le TT numéro BM 07419 de calibre 7.62 mm. Au mois d'août 1995, Rybolovlev a conservé et porté ces pistolets avec leurs munitions puis, près de l'immeuble situé au 64 rue Lénine à Perm, les a transmis avec leurs munitions à Lomakine O.G. afin que ce dernier les utilise pour l'exécution de l'assassinat prémédité de Panteleymonov E.N.»  

La résurgence de cette vieille affaire n’est pas anodine d’autant qu’elle est concomitante avec la réouverture du dossier Uralkali qui a eu lieu le 5 octobre 2016. Cette date n’est, sans doute, pas fortuite non plus. Le 6 octobre le Prince Albert de Monaco était reçu en grande pompe au Kremlin. Connaissant la diplomatie russe, il parait impensable qu’elle n’ait pas informé Monaco de la réouverture de l’enquête concernant le Président de l’AS Monaco à la veille de la réception. Il paraît impensable également que le dossier « Rybolovlev » n’ait pas été mis sur la table lors de la rencontre des deux chefs d’Etats. La mauvaise nouvelle pour l’oligarque est qu’Albert II ne s’est pas opposé aux poursuites… A la lumière de ces éléments l’absence du Président de l’AS Monaco le 18 octobre à Moscou paraît justifiée. L’ancien Président d’Uralkali a joué la prudence, il connaît déjà les geôles russes !

13/10/2016

Football à Monaco : le dérangeant Dmitry Rybolovlev

Si le mois de septembre rime avec rentrée, il marque aussi la reprise de diverses compétitions sportives dont le rythme s’intensifie après la pause et le mercato estival, véritable marché aux esclaves des temps modernes. Si l’AS Monaco semble avoir réussi sa rentrée en Ligue des Champions, il reste beaucoup à faire pour le David monégasque afin de maintenir son niveau face aux Goliath européens.


En Ligue 1, le bon départ pris par l’équipe n’a pas duré avec une lourde défaite contre l’OGC Nice. Pourtant, cette année, l’AS Monaco s’était targuée d’une politique de recrutement ambitieuse : enrichir son équipe de bons joueurs tout en maintenant un budget rentrées/dépenses à l’équilibre. Un football propre et des efforts de gestion, l’AS Monaco aurait de quoi faire rayonner la Principauté. Trop beau pour être vrai certainement, car derrière cette belle vitrine, les coulisses paraissent bien moins propres qu’un simple spectateur pourrait le supposer.


Le propriétaire du club, Dmitry Rybolovlev, n’a plus bonne presse dans les cercles privilégiés du Rocher, à tel point que le Prince Rainier refuserait désormais de figurer sur la même photo que lui. C’est que l’oligarque russe, 146e fortune mondiale, a fait parler de lui depuis son arrivée à Monaco et le Prince Albert semble penser que son agitation nuit à la Principauté. Après le divorce le plus cher de l’histoire, Rybolovlev trempe désormais dans des histoires magouilleuses avec différentes personnalités politiques monégasques et attire l’attention de la justice. L’affaire Yves Bouvier, un marchand d’art suisse contre lequel le milliardaire russe est en procès, a notamment mis au jour des collusions entre le milliardaire russe et la banque HSBC. Plus inquiétant encore, Rybolovlev entretiendrait des rapports étroits avec le garde des Sceaux monégasque, Philippe Narmino, dont l’indépendance (on ne rapporte plus ses nombreuses interventions en faveur de personnalités fortunées) et la probité (on lui prête des mœurs dissolues) ne pourraient être plus basses - il est notamment lié au scandale des Panama Papers. S'il n'est pas champion de France sur le terrain, Monaco est le leader incontesté au classement des clubs gangrénés par la corruption et les relations troubles.

07/10/2016

Le Président de l'AS Monaco bientôt derrière les barreaux?

Avis de tempête pour Dmitry Rybolovlev: retour du passé, enquêtes sur Uralkali, le radeau de l'oligarque aux mains sales prend l'eau de toutes parts… L'heure des comptes a-t-elle sonné pour le vautour de l'Oural?

Vivant sans partage du fruit de ses rapines, le président de l'AS Monaco Dmitry Rybolovlev se pensait à l'abri des revers de fortune, coulant des jours heureux dans sa résidence ultra-protégée à Monaco ou sur son île interdite à la navigation de Skorpios. C'était sans compter le retour de bâton d'une époque qu'il croyait oubliée, celle du capitalisme sauvage des années 1990 à Perm en Russie, qui l'a vu accumuler un capital extraordinaire, entre prises de majorité frauduleuses dans les fleurons de l'industrie soviétique et assassinats de rivaux gênants. Celle des connexions mafieuses, qui lui évitent la prison pour meurtre et lui assurent la réussite sociale des nouveaux riches dans tout ce qu'elle a de plus repoussant. Celle aussi de la gestion catastrophique, pour ne pas dire criminelle, des mines de potasse d'Uralkali à Berezniki, dont l'effondrement dans la catastrophe de 2006 a occasionné des milliers de sans-abris, tandis que leur propriétaire se vautrait dans le luxe le plus inouï à Gstaad ou Monaco. Cette année-là, des gouffres immenses s'étaient formés et avaient emporté des quartiers entiers de la ville de Berezniki située en-dessus des mines. Non content de ne pas avoir investi un seul centime en Russie après l'avoir pillée de la pire des façons, Dmitry Rybolovlev avait alors assuré le service minimum pour la gestion de l'après-catastrophe, se contentant de faire le dos rond devant les autorités scandalisées par l'incurie du rapace de Perm, et profitant de la première occasion pour vendre l'entreprise, empochant au passage plus de cinq milliards de dollars.

En effet, le paranoïaque russe, connu pour son obsession de la sécurité et son aversion du risque, savait qu'il risquait gros en Russie, car poussé par son avarice légendaire il avait rogné sur les travaux de réfection et d'entretien des mines, et y était pour beaucoup dans la catastrophe de Berezniki. Il s'était donc empressé de se débarrasser de la patate chaude tant qu'il s'en trouvait preneur. Lors d'une conférence de presse, le Ministre russe de la gestion des catastrophes naturelles de l'époque Serguei Choïgou n'avait-il pas alors fustigé l'indécence du propriétaire d'Uralkali, "plus gros contribuable de Suisse", et pourtant rechignant à assumer les conséquences humaines et financières de son incroyable incurie?

Or, voilà que le 5 octobre dernier, le Président russe Vladimir Poutine, lassé de constater que des milliers de personnes n'ont toujours pas été relocalisés convenablement depuis 2006, a ordonné l'ouverture d'une enquête à la loupe sur Uralkali, et demandé au Procureur Général "de vérifier que l'entreprise soit "en conformité avec la législation russe" sur l'exploitation des mines. Date d'échéance de l'enquête: 1er décembre. Un tel empressement ne peut dire qu'une seule chose selon l'ensemble des observateurs: une sévère reprise en main de l'entreprise est attendue, dont l'historique sera passé au peigne fin, et les coupables de mauvaise gestion promis à de lourdes sanctions. Voilà qui garantit bien des nuits d'insomnie à l'oligarque en disgrâce dans la solitude de son appartement monégasque à 400 millions d'euros.