Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/02/2017

Football Leaks: le tsar du foot monégasque perd son sang-froid

Depuis qu’il figure en bonne place sur la liste des personnalités citées dans l’affaire des Football Leaks, Dmitri Rybololvlev ne décolère pas. Le milliardaire russe rétorque qu’il n’a rien fait d’illégal et qu’à ce titre, son nom n’aurait jamais dû être jeté en pâture au public. «Il n’y a aucune raison d’aller lui chercher des poux dans la tête, ses affaires sont honnête», claironnent ses avocats. Pardi! Plus c’est gros et plus ça passe.



Rappelons les faits: l’indétrônable patron de l’AS Monaco a acheté et revendu, via des sociétés-écrans à Chypres, des parts de joueurs évoluant dans sa propre équipe. «Où est le problème?», demande-t-il aujourd’hui. Inutile d’aller chercher Dmitri Rybolovlev sur le terrain de la morale. Il y a longtemps que le tsar du foot monégasque s’est affranchi de toute considération morale dans ses entreprises. Nombreux sont ceux qui pourraient en témoigner en Russie où sa gestion catastrophique des mines de potasse du groupe Uralkali a laissé beaucoup de gens sans domicile.



Après s’être enrichi sur le dos des mineurs, le sulfureux homme d’affaires continue à amasser une fortune colossale en intriguant dans les coulisses du foot business. Les Football Leaks ont mis en lumière le rôle joué par Dmitri Rybolovlev et ses sociétés dans d’étranges transactions. «Étranges ne signifient pas illégales», surinent l’entourage du président de l’AS Monaco. Rien ne semble pouvoir atteindre l’homme fort du Rocher. Une armada d’avocats et de conseillers en tous genres sont vent debout dès qu’une accusation de corruption ou de blanchiment d’argent est portée contre leur client.



S’ils ont conservé leur passion pour le ballon rond, les Monégasques ont compris depuis longtemps que l’engagement financier du milliardaire russe dans leur club n’avait rien de désintéressé. Avec beaucoup de bon sens, ils se demandent où se cache le piège. La réponse se trouve sans doute du côté de Chypre, qui héberge quelques-unes de ses sociétés offshore ou de l’île de Skorpios où il scelle des pactes d’amitié dans une débauche de faste. Pour Dmitri Rybololvlev, tout s’achète et tout se vend. Combien a-t-il déboursé pour acheter le silence du Rocher? Sans doute très cher.



L’homme d’affaires s’est laissé enivrer par sa propre réussite. Aujourd’hui, il s’estime au-dessus des lois. Mais jusqu’à quand? Tout est faux et tout est truqué dans l’ascension sans partage de l’oligarque russe. Les Football Leaks ont braqué les projecteurs sur la face cachée de son juteux business. Les nervures du système mafieux qui servent ses intérêts sont plus saillantes qu’on l’imaginait. Tapis dans l’ombre, ses complices ne pourront pas s’en sortir à bon compte. Si la justice monégasque a choisi depuis longtemps de tourner la tête, les magistrats des autres juridictions s’intéressent de plus en plus aux nombreux dossiers qui mènent à l’oligarque et à ses amis.

Les commentaires sont fermés.