Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/05/2016

Le dessous des cartes de l’AS Monaco

Episode I

Pourquoi Rybolovlev a-t-il racheté le club monégasque en 2011 ? Après cinq années à la tête de l’ASM et à la lumière des piteux résultats sportifs et des multiples affaires troubles de l’oligarque, la question mérite d’être reposée.

La genèse

Lorsque Dmitri Rybolovlev postule pour prendre le contrôle du club monégasque, il est encore inconnu en France, la presse se questionne et voit dans la reprise en main de l’ASM en déclin de très bonnes augures. « Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, dont une première proposition de rachat avait été rejetée l'été dernier, arrive donc à point nommé pour sauver l'AS Monaco du naufrage. » écrit alors le Figaroi. Conduira-t-il le club princier vers des sommets, comme l'a fait son compatriote Roman Abramovitch à Chelsea ? S’interrogent les médias de l’époque. D’autant que l’oligarque a promis d’injecter 200 millions d’euros. Cette somme est deux fois plus importante que celle qu’avait proposé un autre repreneur, Alexei Fedorichev, oligarque russe, lui aussi, qui comme Rybolovlev avait fait sa fortune dans les fertilisants. Mais la proposition de ce dernier avait été rejetée après la divulgation d’une note des renseignements généraux. La note en question mettait en cause directement Fedcominvest, la société de Fedorichev : « Cette société domiciliée à l’Ile de Man est soupçonnée d’être une vitrine légale de la criminalité organisée d'Europe orientale » L’ASM ne pouvait donc pas être repris par la mafia slave ii! Tel n’était donc pas le cas pour Rybololvev qui comme chacun le sait n’a jamais entretenu de lien avec la mafia de l’Ouraliii. Les médias de l’époque rappelait néanmoins, le passé sulfureux de l’oligarque : la manière dont il avait acquis sa fortune ; son passage en prison pour meurtre ; sa passion pour les œuvres d’art et les paradis fiscaux ; ses achats de demeures somptueuses comme la propriété de Donald Trumpiv. Mais qu’importe le vin pourvu qu’on ait l’ivresse puisque Rybololvev avait la vocation d’être le « sauveur de chef-d'œuvre footballistique en péril sous le soleil azuréen »v

Un club en péril

Cinq ans et 200 millions plus tard… L’AS Monaco vient de prendre une fessée (6/1) face à l’Olympique lyonnais et si le club a réussi à revenir en ligue 1, il n’est pas sûr qu’il y reste. Pourtant la veille d’un match, qui restera historique dans les annales de la Principauté, Vadim Vasilyev, le vice-président du club ne déclarait-il pas que son équipe était « prête pour la finale vi» ?! A la décharge de ce vice-président d’un grand club européen, le sport en général et le football en particulier lui était totalement étranger jusqu’à ce que son ami Rybolovlev reprenne l’ASM en 2011. Avant d’être nommé à ce poste, il avait d’abord œuvré dans les relations internationales, puis à la faveur de l’entrée de la Russie dans l’économie de marché, il s’était reconvertit dans le privé. Son dernier employeur était la société Fedcominvest propriété d’Alexei Fedorichevvii ! Avec des professionnels aussi aguerris à sa tête, il n’est pas étonnant que l’ASM ait encaissé 50 buts dans la saison, un nouveau record ! La stratégie des Russes est clairement questionnée. Dans un très long papier intitulé « La déroute de Monaco à Lyon, tout sauf un hasard », Eurosport prévient : « La stratégie des dirigeants monégasques, orientée vers la promotion de jeunes joueurs, est risquée. Monaco est en position de tout perdre, surtout après avoir reçu un aussi rude coup sur la tête. viii» Mais la stratégie des dirigeants monégasques n’a peut-être pas pour but d’être le « sauveur de chef-d'œuvre footballistique en péril sous le soleil azuréen »…

A suivre : Le dessous des cartes de l’AS Monaco Partie II

Clubs de foot et paradis fiscaux, le marché des transferts.