Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/01/2017

Rybolovlev dans la tourmente de Football leaks

Et revoilà Rybolovlev au centre d’un scandale… Qui peut s’en étonner? Chaque fois qu’une affaire planétaire éclate, des Panama Papers à Football leaks, le nom du Président de l’AS Monaco surgit. Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraître, il reste aux manettes de son club et de ses myriades de sociétés, comme si rien ni personne ne pouvait l’atteindre.

Des joueurs à la découpe…
Une nouvelle fois c’est le journal en ligne Mediapart, en collaboration avec le consortium européen d’investigation, qui sort l’affaire, le 21 décembre 2016. Comme une sorte de cadeau de Noël offert aux fans du ballon rond, histoire de leur dire qu’ils n’applaudissent pas seulement les exploits des joueurs, mais également ceux des escrocs de toutes espèces qui sévissent dans ce sport pas si noble. Ce n’est pas une surprise mais la confirmation est de taille. Au menu de ses révélations fraudes, évasions fiscales, prostitution, connexions mafieuses, jusque-là rien de très nouveau sous le soleil. En revanche ce qui laisse un goût très amer, presque jusqu’à l’écœurement, c’est la vente, la revente, les cessions, de jeunes joueurs tout juste sortis de l’enfance, à la découpe. En termes techniques cela se nomme TPO (pour third party ownership), en clair et en français les joueurs sont propriétés de tiers, une sorte de titrisation de la personne humaine, les footballeurs sont découpés en parts et chacune d’elles peut être vendue à un tiers autre que son club. Le Président de l’AS Monaco, associé au super agent portugais Jorge Mendes, est passé maître en la matière. Selon Mediapart: «L’oligarque russe Dmitri Rybolovlev disposait d’un fonds d’investissement qui achetait en secret des parts de joueurs. Certains sont passés par son club malgré le risque de conflit d’intérêts. Le tout en partenariat avec Jorge Mendes, qui a encaissé 6.85 millions d’euros grâce à ces opérations douteuses.» C’est ainsi, toujours selon le quotidien en ligne, que Fabinho, le joueur brésilien de 19 ans, propriété à 97 % (!) de Jorge Mendez, a appris du jour au lendemain qu’il était vendu au club portugais, Rio Ave.

Les nouveaux esclavagistes et les paradis fiscaux
Bien entendu, ces esclavagistes des temps modernes ne cachent pas leurs magots sous leurs matelas, ils les planquent dans les paradis fiscaux. Et comme par hasard, le nom de Chypre est une nouvelle fois associé à celui du Président de l’AS Monaco. Le fonds d’investissement dans lequel il place les «parts de ses joueurs» s’appelle Browsefish limited et est, bien entendu, domicilié dans cette île où l’oligarque dispose déjà de nombreuses sociétés écrans qui lui ont permis, dans un passé pas si lointain, de soustraire de nombreux actifs à son ex-épouse dans le cadre de son divorce.

La tête ou les jambes?
Que fait Tracfin? Que fait la brigade financière? Que fait la FIFA? Que fait la FFA? Rien. Ces procédés honteux et illégaux continuent de prospérer même après que l’affaire soit connue et ait été dénoncée dans les médias. Le Président de l’AS Monaco est-il inquiété? Non. Le Prince Albert si ardent défenseur des sports en général et de l’écologie a-t-il tapé du poing sur la table ? Non. Roulez jeunesse, le business continu, tu veux combien de Fabinho, 10, 20, 30 %? Tu prendras la tête ou les jambes? Pour un joueur de foot, je préfère les jambes! Le cynisme de notre monde n'a plus de limite.

02/11/2016

Les plus-values de Dmitry Rybolovlev qui détruisent sa défense

Dans la liste des transactions d’art les plus spectaculaires, la vente du Serpents d’eau II de Gustav Klimt tient son rang. Dmitry Rybolovlev, le président de l'AS Monaco, a en effet récemment cédé le tableau du symboliste autrichien à une avocate hongkongaise, pour pas moins de 200 millions de dollars. Une fois de plus, les aléas du marché de l’art mettent l’art lui-même en deuxième, voire en dernier plan, et changent les œuvres en prétextes marchands, voire guerriers.

La nouvelle prend d’abord une place toute particulière dans l’affaire judiciaire mondiale qui oppose l’oligarque russe au suisse Yves Bouvier, puisqu’elle discrédite totalement Rybolovlev et la ligne de défense à laquelle il s'accroche depuis février 2015. En effet, ce dernier effectue un bénéfice plusieurs millions de dollars à la vente, alors qu’il clame avoir été lésé sur la valeur d’achat par la marchand genevois. Mais aussi, l’acquisition de l’œuvre par l’avocate Rosaline Wong replace la transaction dans un contexte mafieux d’échelle internationale.

On sait la proximité, si ce n’est l’appartenance, de Dmitry Rybolovlev avec la mafia russe, qui l’avait aidé dans les années 90 à acquérir Uralkali (société qui avait fait sa fortune). On savait aussi que des liens l’unissaient avec l’oligarchie malaisienne impliquée dans l’affaire 1MDB — affaire qui concerne le détournement de 4 milliards de dollars. On découvre maintenant que le magnat russe marchande avec le milieu hongkongais incarné par Joseph Lau, pour qui l’avocate acquéreuse du tableau travaille depuis vingt ans. Notons que Lau est impliqué, tout comme Rybolovlev qui a même été condamné pour complicité de meurtre, dans plusieurs affaires de corruption et de détournement. Après avoir offert 2 millions de dollars pour faciliter la construction d’un casino à Macao, le hongkongais est reconnu coupable de corruption sur un agent de l’État et condamné à 5 ans et trois mois de prison. Aujourd’hui, il ne doit sa liberté qu’aux conditions d’extradition impossibles depuis Hong-Kong.

Avec cette nouvelle relation sulfureuse, Dmitry Rybolovlev sape encore lui-même son dossier dans l’affaire qui l’oppose au marchand d’art Yves Bouvier ; celui-là même qui, il y a encore trois ans, bataillait pour lui dénicher le tableau de Klimt.

04/10/2016

Le Président de l’AS Monaco bientôt en cavale ?

Dmitry Rybolovlev finira-t-il sa saison dans la Principauté ? Voici la question qui bruisse dans les couloirs du club de foot.  Son passé sulfureux refait surface et il ne parait pas impossible qu’il soit contraint de se présenter devant la justice russe. Un billet aller sans retour ?
Les informations du journal russe BEK ont fait l’effet d’une petite bombe. Sorti en février dernier, l’article a mis quelque temps avant de créer des remous dans la Principauté.
Le Président de l’AS Monaco devra-t-il laisser sa place ? A lire la presse moscovite, cela parait fort probable. En effet, l’assassinat d’Evgueny Panteleymonov, en 1995, n’a jamais été élucidé. Dmitry Rybolovlev avait été soupçonné et arrêté en 1996, puis relâché sous caution après onze mois de détention préventive. En 1998, il avait finalement été blanchi dans des conditions douteuses.
Méfiant, il avait alors demandé à sa famille de quitter la Russie avant de s’exiler lui-même au début des années 2000. Depuis cette époque, il a tout essayé pour se défaire de sa nationalité russe afin de ne plus jamais être inquiété par cette affaire.
Mais malgré ses milliards et ses investissements tous azimuts dans les pays dont il souhaitait obtenir la nationalité, que ce soit Chypre, les Etats-Unis ou Monaco, toutes ses tentatives se sont soldées par des échecs douloureux.


Depuis quelques mois, les investigateurs russes ont remonté de nouvelles pistes et Rybolovlev est à nouveau dans leur collimateur. Selon la presse russe, les policiers souhaitent l’entendre. Alors qu’il est toujours un citoyen russe, peut-il se soustraire aux demandes de la police et de la justice de son pays ?
Suspendu à la décision du Prince Albert
Telle est la question sur laquelle planchent ses avocats actuellement. Si le Tribunal lance un mandat d’arrêt international, quelle sera la réaction du Prince Albert II ?
Compte tenu des piètres résultats de l’AS Monaco et des multiples casseroles que traîne l’oligarque, il ne serait pas étonnant que le Souverain profite de l’occasion pour se débarrasser d’un hôte devenu très encombrant.
D’autant qu’en plus des résultats sportifs décevants, les démêlés de l’oligarque avec le marchand d’art Yves Bouvier ont empoisonné la Principauté pendant toute l’année 2015. Les nombreuses irrégularités procédurales de cette affaire ont mis à jour le trafic d'influence de l'oligarque et jeté le discrédit sur la justice monégasque, qui s'est finalement résolue à placer Rybolovlev et son avocate Tetiana Bersheda en garde à vue en novembre 2015. Cette dernière a, en outre, été formellement inculpée en février dernier, puis à nouveau en juillet.


Le départ forcé du Président de l’AS Monaco enlèverait donc une belle épine du pied d’Albert II. En outre, le Souverain de Monaco entretient d’excellentes relations avec le Président Poutine, si bien qu'il lui serait difficile de refuser une demande en bonne et due forme de la justice russe.
L’étau se resserre donc autour de Rybolovlev. D’après ses proches, il aurait envisagé de s’exiler en Grande Bretagne, mais hésiterait encore. Si les oligarques ont toujours été bien reçus dans ce pays, il n’est pas certain d’être protégé dans le cadre d'une affaire criminelle n'ayant aucun lien avec la politique.
Aux dernières nouvelles, le Président de l’AS Monaco chercherait à déménager du côté de la Grèce. En 2013, il a acheté l’île de Skorpios ayant appartenu au célèbre armateur Aristote Onassis. Alexis Tsipras lui garantira-t-il un asile sûr ? Compte tenu des faiblesses du gouvernement de Syriza, le pari est risqué…